La digitalisation menacée par … la digitalisation

La digitalisation, véritable tendance dans l’entreprise et dans le quotidien de chacun : la mise à disposition “au bout des doigts” des applications et solutions technologiques aux problèmes quotidiens. Accès à la formation, accès aux administrations ou à la connaissance. Une révolution, en passe malheureusement de succomber à son succès.


La semaine prochaine se tient le salon Solutions RH porte de Versailles. De nombreux éditeurs vont en profiter pour nous présenter leurs solutions de digital-learning, leurs points forts et leurs cœurs d’activité. En soit rien de très particulier par rapport à d’autres salons professionnels ou informatiques.

Mais là où l’exercice trouve sa limite c’est dans la correspondance de l’offre avec la demande. Car finalement, d’où vient ce besoin de digitalisation, de disruption, de hacking de la formation et des talents ?

D’un côté vient la nécessaire maturation des services RH et formation, délaissés par les investissements informatiques depuis des années. De l’autre les nouvelles pratiques des collaborateurs, dont la relation à l’entreprise évolue dans le sens d’une plus grande autonomie, en passant par la réforme du financement des formations.

marketing digital

Et là le monde de l’édition logicielle, fébrile depuis 2015, propose pléthore de solutions. Mais on ne développe pas un LMS ou une brique TMS comme les utilisateurs naviguent sur Facebook ou Google. L’offre explose et les clients se perdent : il suffit de se rendre à un salon pour s’en rendre compte. Les repères les plus élémentaires comme le besoin et les exigences métiers ne permettent plus de s’y retrouver. Et le règne du marketing advient.

Je vous propose un jeu simple pour vous rendre compte du problème : en combien de clics atteignez-vous une démo d’une solution à partir d’une publicité ? Et à ce nombre de clics, quel pourcentage de couverture de votre besoin est atteint par la démonstration en ligne que vous fait le commercial ? Les deux sont très proches et très faibles…

DRH, DSI, responsable de formations ou des achats, si vous cherchez une solution LMS / TMS il y a de fortes chances que vous ne dépassiez pas le troisième prestataire que vous rencontrerez pour faire votre choix. La force du marketing et de la sémantique est devenue telle que les différences s’estompent et ne vous permettent plus d’identifier les points forts et les points faibles de chacun d’entre eux.

Dans la stratégie de l’entreprise, emmenés par la force de la communication et de l’image, les décideurs imposent à leurs équipes des projets de digitalisation voire d’ubérisation de leurs services et de leurs modèles. Attention à ne pas tomber dans l’excès ! La précipitation peut avoir un terrible effet de levier sur les investissements et la charge de travail associés à une erreur d’évaluation au départ.

Bien choisir, c’est :

  1. savoir si j’ai un besoin
  2. identifier ce besoin
  3. connaître les réponses existantes

Tout le reste n’est que littérature.


(cliquez sur le logo pour retourner à l’accueil)

 

 

N'hésitez pas à partager