C’est le moment de penser à vos données !!

La période de confinement que nous vivons est une opportunité pour une partie des collaborateurs qui vont pouvoir tester le télétravail, y compris dans les organisations qui n’y songeaient pas encore.

A contrario elle est anxiogène pour ces mêmes organisations qui n’avaient prévu ni les investissements, ni l’organisation, ni l’infrastructure pour le gérer.

Mais il y a un point qui mérite d’être évoqué, car il est fort probable que cela soit l’un des constats les plus durs à faire à posteriori : la mise en danger des données (personnelles, commerciales et administratives).

Une réelle solidarité

L’élan de solidarité inter-professionnel qui s’est mis en œuvre à la suite de l’annonce par le Gouvernement d’un confinement sanitaire est extraordinaire : les solutions de télétravail, de réunions en ligne, de modalités distancielles fleurissent et leurs fournisseurs sont impliqués dans une mise à disposition rapide, voire gratuite.

De nombreux parents comme moi ont vu les outils de l’Education Nationale être mis à rude épreuve, malgré tout les ENT et les outils annexes jouent leurs rôles.

Les entreprises partagent leur savoir-faire, et malgré une économie qui s’annonce complexe dans les mois à venir, avec un philanthropie réelle. Nous n’avons pour nous mêmes ni produits ni services de court terme, mais nous avons revu notre positionnement pour accompagner les indépendants et TPE dans leurs démarches également.

Le jour d’après

Il ne faut pas faire l’autruche : la situation actuelle est plutôt sympathique par rapport aux craintes évoquées en fin de semaine précédente. Dans les services tout du moins, nous arrivons à maintenir un niveau d’activité, même dégradé. La formation et l’enseignement se poursuivent, et les semaines à venir ne seront pas totalement perdues.

Néanmoins il y a lieu de s’interroger sur les leçons qui en seront tirées :

  • Le télétravail implique une remise en cause de l’informatique et surtout de l’organisation interne ; les entreprises et collectivités investiront-elles dans cette évolution ?
  • Les modalités pédagogiques distancielles ne sont pas les mêmes qu’en présentiel. L’urgence reste au suivi, mais dans le futur cela implique une refonte des pratiques, voire la formation des enseignants ;
  • Quid des outils utilisés actuellement dans l’urgence ? Ils sont gratuits pour la période, mais aurez-vous les moyens de les conserver ?

Et je ne parle pas des investissements publics, des organisations d’entraide et plans d’urgence à mettre en place.

Les dangers sous-jacents

Oui nous parlons de dangers qui ne sont pas encore identifiés. Par exemple sur les plateformes de webinaire utilisables pour les enseignants, savez-vous lesquels sont sécurisées ? Nous ne donnerons pas plus d’indications, mais avec un simple lien obtenu sur Facebook vous pouvez participer à n’importe quelle classe.

Les ENT n’ayant pas fonctionné dès le lundi matin certains enseignants ont commencé à utiliser les moyens à dispositions des élèves : whatsapp, discord, snapchat …. Vous commencez à voir le loup ?

Pour certains professionnels, comme les coachs ou indépendants de la formation, il a fallu basculer sur des outils comme Youtube/Facebook : quid de la propriété des échanges et des vidéos ?

Les outils LMS/TMS/LCMS de diffusion, production ou gestion de contenus pour les modalités distancielles mis à disposition à titre gratuit : avez-vous renseigné une adresse mail ? Et avez-vous une trace de la durée de conservation de vos informations ? Nous en reparlerons lors de la prochaine campagne de prospection des éditeurs.

Quant aux entreprises/collectivités qui ont dû s’équiper d’une adresse IP publique pour les accès distants, quid des firewall et proxy ? Avez-vous pensé également à une supervision de vos accès ?

Si c’est gratuit …

Je ne finis pas, pas la peine. Nous n’évoquons que quelques exemples, mais j’espère que vous y penserez : l’urgence de l’équipement pour le confinement ne doit pas vous faire perdre de vue que vous risquez de fournir une quantité exagérée d’informations à bon nombre de prestataires ou société sans aucune maîtrise par la suite.

Au mieux serez-vous spammé de publicité, au pire ce sera le vol de données plus ou moins sensibles.

N'hésitez pas à partager